Programme 2020 modifié

En raison de l’épidémie du Covid-19, plusieurs manifestations 2020 du GERN doivent être reportées. Aucune manifestation ne devrait avoir lieu avant l’été 2020. Un nouveau calendrier est en cours d’élaboration.

  • L’interlabo de Turin (13 mars 2020) est reporté (date à définir)
  • Le séminaire du 15 mai 2020 à Bruxelles ( The birth of penal positivism in Europe and Latin-America at the end of the XIXth century : rise and resistances ) est reporté au vendredi 11 septembre 2020
  • Séminaire du 16 juin 2020 à Lille sur la criminalité environnementale (attente de décision des organisateurs)
  • L’interlabo du 19 juin 2020 (Paris) (Insérurité et territoire) est reporté (nouvelle date à définir)
  • L’Ecole d’Eté du GERN (Gern Summer School) qui devait avoir lieu à Gand en septembre 2020 est reportée à septembre 2021
  • La date de la seconde session du séminaire sur la criminalité environnementale reste à définir

Publié par Daniel dans Non classé

Report de l’Interlabo de Turin

L’interlabo qui devait se tenir à Turin le 13 mars 2020 n’a pas pu avoir lieu. Il est reporté au second semestre 2020

Publié par Daniel dans EVENEMENTS

Comptes-rendus de l’interlabo et du séminaire GERN, 20 et 21 juin 2019, Valence

Comptes-rendus de l’interlabo et du séminaire GERN, 20 et 21 juin 2019, Valence

On Thursday, 20 June 2019, an International Seminar (GERN Interlabo) entitled “The influence of the 1810 French Penal Code on Penal Codification in 19e Century Europe : Myth or reality ?” took place at the Faculty of Law, University of Valencia. It was organized by Yves Cartuyvels (University of Saint-Louis – Bruxelles, Belgium) andAniceto Masferrer (University of Valencia, Spain), and financed as interlabo by the Groupe Européen de Recherches sur les Normativités (GERN), the University of Saint-Louis (Bruxelles), and the University of Valencia (in the context of the research project entitled “Las influencias extranjeras en la Codificación penal española: su concreto alcance en la Parte Especial de los Códigos decimonónicos”, ref. DER2016-78388-P, financed by the Spanish ‘Ministerio de Economía y Competitividad’).

Compte-rendu de l’Interlabo du 20 juin 2019, publié dans la revue Glossae. European Journal of Legal History, 2019, vol. 6.

On Friday, 21 June 2019, an International Seminar entitled “The birth of penal positivism in Europe and Latin-America: rise and resistances” took place at the Faculty of Law, University of Valencia. It was organized by Yves Cartuyvels (University of Saint-Louis – Bruxelles, Belgium) andAniceto Masferrer (University of Valencia, Spain), and financed by the Groupe Européen de Recherches sur les Normativités (GERN), the University of Saint-Louis (Bruxelles), and the University of Valencia (in the context of the research project entitled “Las influencias extranjeras en la Codificación penal española: su concreto alcance en la Parte Especial de los Códigos decimonónicos”, ref. DER2016-78388-P, financed by the Spanish ‘Ministerio de Economía y Competitividad’).

Compte-rendu du séminaire du 21 juin 2019, publié dans la revue Glossae. European Journal of Legal History, 2019, vol. 6.

Publié par Daniel dans Non classé

Le bracelet électronique: action publique, pénalité et connectivité

René Lévy, Laurence Dumoulin, Annie Kensey, Christian Licoppe, (Dir.), Le bracelet électronique: action publique, pénalité et connectivité, Collection Déviance & Société, 2019

Depuis une trentaine d’années, le bracelet électronique a conquis une cinquantaine de pays dans le monde, comme instrument d’assignation à résidence (surveillance fixe), ou pour suivre les déplacements des personnes assujetties dont le nombre ne cesse de croître (surveillance géolocalisée par GPS/GSM). Elle s’inscrit désormais dans des sociétés où la place des technologies numériques et de leurs multiples applications a profondément évolué, transformant le rapport au monde, les pratiques et les expériences sociales ordinaires de nombre d’entre nous. En échappant de plus en plus à son contexte pénal initial, en englobant de nouvelles populations (étrangers en situation irrégulière, personnes jugées dangereuses, etc.) et en intégrant de nouvelles techniques d’identification (voix, regard, etc.) ou de détection (de l’alcoolémie, de l’usage de stupéfiants, etc.), la surveillance électronique confère une autre dimension à la discussion sur le contrôle et la coercition technologiquement équipés et les droits individuels.

Le présent ouvrage éclaire ces nouveaux enjeux en proposant un ensemble de chapitres organisés autour de trois axes : (1) la fabrique de la surveillance électronique comme solution d’action publique et le rôle des acteurs institutionnels et du secteur commercial dans ces développements ; (2) l’utilisation du bracelet électronique comme peine et comme moyen de surveillance et l’évaluation de son efficacité ; (3) l’analyse du bracelet électronique en tant que dispositif sociotechnique en action, pour en cerner les spécificités et la manière dont il s’inscrit dans la transformation plus large des économies et modalités de la présence humaine dans les sociétés équipées de technologies numériques.

Cet ouvrage réunit certains des meilleurs spécialistes internationaux de la question et met à la portée du public francophone des recherches et réflexions originales.

Avec les contributions de Laurence Dumoulin, Rita Haverkamp, Anaïs Henneguelle,Dan Kaminski, Annie Kensey, René Lévy, Christian Licoppe, J. Robert Lilly, MikeNellis, Craig Paterson, Thibaut Slingeneyer, Robert L.Thomas Jr, Emily Troshynski,Sylvaine Tuncer, Tom Vander Beken, Delphine Vanhaelemeesch.

Publié par Daniel dans PUBLICATION

Comprendre l’insécurité personnelle

Julien Noble, Comprendre l’insécurité personnelle. Le sentiment d’insécurité des jeunes dans les transports franciliens, Collection Déviance & Société, 2019

Le sentiment d’insécurité est un thème récurrent dans les sociétés démocratiques modernes. Journalistes et politiques l’évoquent sans relâche pour souligner diverses appréhensions de la population. Mais qu’est-ce que le sentiment d’insécurité ? Qui concerne-t-il, et que recouvre-t-il ? Derrière la simplicité apparente du terme se cache en réalité un phénomène social particulièrement complexe. Construit sur des données empiriques, l’ouvrage étudie les mécanismes d’une  des deux dimensions du sentiment d’insécurité : l’insécurité personnelle. Contrairement à la préoccupation sécuritaire, abstraite, qui consiste à placer la délinquance à la première place des problèmes à résoudre, l’insécurité personnelle se rapporte à la peur concrète de subir un vol ou une agression.

Pour étudier cette seconde dimension, l’ouvrage porte la focale sur un exemple topique : l’insécurité personnelle des jeunes dans les transports en commun franciliens. À l’aide d’une enquête qualitative, l’auteur entend répondre à deux objectifs : expliquer le niveau de peur élevé dans les transports en commun et appréhender, à l’aide d’un modèle dispositionnel, l’ensemble des variations individuelles de l’insécurité personnelle.

Publié par Daniel dans PUBLICATION
Translate »